Pourquoi les Autodidactes réussissent ?

Ils s’appellent Xavier Niel, Gérard Mulliez, Alain Afflelou et bien d’autres.
Leurs points communs : avoir fait fortune en bâtissant des empires… quasiment sans un diplôme en poche. Et ce en France, au pays où les recruteurs ne s’intéressent bien souvent qu’aux profils hautement qualifiés. D’ailleurs rares sont les élites qui réussissent sans être d’HEC, Mines, Ponts, Sciences Po, etc.

Et pourtant, il y a des irréductibles. Même si les exemples se concentrent largement plus du côté des entrepreneurs que dans les grands groupes. Ainsi, le Centre des jeunes dirigeants note que parmi ses 4.500 adhérents, 6% n’ont aucun diplôme et 19,2% un niveau bac (selon des données de juillet 2013).

Pour faire carrière sans diplôme, trois qualités sont particulièrement nécessaires:

– Avoir de l’ambition et/ou un projet personnel. Ces qualités peuvent être encore plus exacerbées chez ceux qui veulent corriger une injustice (comme le fait d’avoir été exclu du système scolaire) en prouvant qu’ils sont capables de réussir.

– Avoir de la résilience, être tenace. Les autodidactes ont bien souvent débuté tout en bas de l’échelle et ont pu être confronté au fameux « plafond de verre » qui les empêche de grimper les échelons par manque de diplômes. Ces qualités sont d’autant plus nécessaires chez ceux qui traverseront des passages à vide.

– Etre humble. Ne pas avoir fait de grandes études et ne pas pouvoir s’en vanter peut conduire les autodidactes à avoir un contact assez facile et encourager leur tempérament à vouloir apprendre des autres.

J’en profite pour féliciter les lyonnais déjà victorieux des Victoires des Autodidactes :
Claude Lavorel (LVL Médical), Olivier Ginon (GL Events), Michel Garica (Everial)…