Bref, j’ai loupé mon Bac

Déjà 8 ans que cet échec a changé ma vie.
En 2008, j’étais en Terminale Littéraire (avec Option Anglais + LV3 Russe).

Mon programme hebdomadaire était :

Levé 6H
Train 7H (Villefranche-sur-Saône -> Lyon)
Lycée 8H-18H
Train 18H30 (Lyon -> Villefranche-sur-Saône)
Maison 19H30
+ Bonus = Cours les Samedis matin
+ Tennis : les mercredis après-midi & samedis

Des belles journées, des belles semaines et peu de temps pour s’évader.
Je ne brochais car j’avais choisi cette vie.

De nature stressée, la pression du Bac m’a submergée, j’ai révisé des heures et des heures pour me retrouver aux rattrapages.
Au moment où ton entourage se libère, fête et pleure de joie. Tu te retrouves dans l’inconnu, seul. Tu pars dans l’inconnu, tu remets en marche la machine et tu bachotes.

Le jour J est arrivé et je m’en souviens comme si c’était hier. J’étais accompagné par ma mère dans un lycée à Rillieux-la-Pape.
Perdu dans un lycée inconnu et dans une organisation laborieuse, je me suis inscrit pour les épreuves de Philosophie et d’Histoire-Géographie.

Épreuve 1 : Histoire, je tire un sujet très précis sur De Gaulle. 10/20
Épreuve 2 : Philosophie : j’étais prêt, je connaissais mes textes et les analyses avec précision. Mon interlocuteur n’avait pas le même point de vue que moi sur le sujet. Débat animé et fin de l’épreuve.

3 heures plus tard, les résultats sont affichés. Résultat, j’ai loupé mon Bac.
Je demande à rencontrer la responsable du jury d’admission.
Après 1 heure d’attente, je n’ai eu de sa bouche qu’un « Vous avez raté votre Bac, il n’a pas semblé bon d’examiner votre dossier… Vous pouvez redoubler. Bon il faut que je rentre chez moi, il est tard ».

Cette journée, elle reste gravée, pleine d’amertume, de dégoût vis à vis du système, de l’Education Nationale. A partir de cette période, c’est devenu mon élément de motivation.
Jamais, vous ne briserez mes rêves.