Mon travail, un condensé de mes passions

Depuis que je suis petit, je m’engage dans des choix portés par la passion.
On dit souvent, trouve ta passion, fais-en ton métier et les portes du bonheur s’ouvriront en grand pour toi.
Aimer ce que l’on fait est un moteur puissant. C’est le carburant qui nous donne l’énergie pour continuer à avancer, à apprendre, qui nous pousse à donner le meilleur de nous-mêmes sans compter les heures.

Pour ma part, j’ai une vie professionnelle réussie et celle-ci est portée par la passion qui m’anime.
Mais la passion ne tombe pas du ciel. Alors comment convertir une / des passion(s) en métier.

Ma vision des choses :
Il est facile d’avoir des passions, de faire plein d’activités qu’on aime.
On appelle cela des hobbies, des passe-temps et on y consacre plus ou moins de temps, selon ses envies.
Personnellement, j’ai eu la chance de commencer à travailler très jeune et de découvrir les activités qui m’animaient et d’autres moins.
Pour identifier le métier de mes passions. J’ai pris le temps de les lister, une par une en étant pragmatique.

Qu’est-ce qui m’anime au quotidien :

– Etre en contact avec les autres
– Découvrir de nouveaux univers
– Apprendre quotidiennement
– Partager mes connaissances
– Aider et accompagner mes interlocuteurs
– Gagner des combats
– Négocier

Ces activités me plaisent toutes, mais je ne les définis pas comme des passions.
L’alchimie entre mes activités passe-temps construit un écosystème générateur d’émotions positives.

Conviction :
Le défi n’est pas de transformer une passion en métier, mais de trouver un travail qui intègre tes goûts et t’intéresse.
L’équation passe de une passion = un métier à des passions = des métiers.

Pour réussir, bien faire son travail, il est indispensable d’apprécier son métier.
Je crois que l’on peut tous devenir bons voire excellents dans quasiment n’importe quel domaine si l’on s’en donne les moyens.
Cependant, je ne pense pas que l’on puisse se passionner pour n’importe quoi. Un minimum d’intérêt est nécessaire dès le départ.
C’est le moteur qui permet d’avancer sur le chemin long et fastidieux de la maîtrise, qui garantit que l’on y prenne du plaisir.

Pour conclure, retenez bien la fameuse citation de Confucius:
« Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie ».
Si ce n’est plus le cas, alors il faut se poser les bonnes questions.