Et si ma sensibilité était devenu mon atout !

C’est mon 101ème billet de blog, alors j’ai envie d’en profiter pour vous partager une nouvelle facette, un petit morceau de mon Moi.

Une part de ma personnalité, une qualité pour moi, un défaut pour certain.
J’ai loupé mon Bac, j’ai perdu ma mère (trop) jeune… Et après ses différentes étapes, j’ai appris à partager mes émotions.

Pendant longtemps, on m’a appris à me méfier des émotions, car elles étaient perçues comme une marque de faiblesse. Or, mes émotions sont ma fonction adaptative.

J’ai mis longtemps avant de m’apercevoir que mon adaptabilité, mon ouverture d’esprit, ma capacité d’empathie et cette confiance en moi, s’appelait « intelligence émotionnelle ».

Selon Mayer & Salovey (merci Psychologies.com),
L’intelligence émotionnelle est « l’habileté à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre et à raisonner avec les émotions, ainsi qu’à réguler les émotions chez soi et chez les autres. »
Mais concrètement à quoi ça sert d’être « émotionnellement doué » ?
 Je vais vous donner des exemples concrets :

1- J’utilise un vocabulaire émotionnel diversifié

J’arrive à décrire avec finesse et richesse mes sentiments.
Quand beaucoup de personnes disent « je vais mal », les personnes à l’intelligence émotionnelle fine peuvent identifier si elles se sentent « irritables », « frustrées », « opprimées » ou « anxieuses ». Plus les mots sont précis, plus on comprend les émotions vécues, et la meilleure manière d’y faire face.

2- Je suis naturellement curieux vis-à-vis des autres

Peu importe que mes interlocuteurs soient introvertis ou extravertis, je suis curieux. Cette curiosité est le fruit de l’empathie, une des meilleures manières de développer mon Intelligence Emotionnelle. Plus je me soucie des autres, plus je suis curieux de ce qu’ils vivent.

3- Je sais m’adapter aux situations

Je suis flexible et arrive toujours à m’adapter en conséquence.
Je n’ai pas peur du changement et j’adore découvrir de nouvelles choses. Quite à provoquer le changement parfois.

4- Je connais mes points forts et vos faiblesses

5- Je sais jauger les caractères des autres

Une bonne partie de l’intelligence émotionnelle se résume à la conscience des autres et de la société. J’arrive à cerner les préoccupations des autres. J’adore observer la personnalité des gens qui m’entourent.

6- Je ne ressasse pas mes erreurs

Sans pour autant les oublier, je sais prendre du recul face à mes échecs / erreurs. Quand j’y pense, j’en profite pour en tirer des enseignements.

7- J’ose donner sans attendre en retour

8- Je n’hésite pas à neutraliser les personnes toxiques

9- J’ai arrêté de chercher la perfection

Pour conclure, je n’ai pas le QI d’Albert Einstein,  mais je pense avoir un QE bien supérieur à la moyenne !

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.