Un mois sans alcool, ça fait quoi ?

Je fais le bilan d’un mois de sobriété.
Pour fêter ça, j’ai pris quelques jours de repos.

Adieu l’alcool, bonjour la motivation

Parfois, je traînais un peu pour bouger en ville ou aller chez des amis. Certes, j’allais passer un bon moment mais à partir d’une certaine heure, l’ivresse, la désinhibition, les discussions se transforment en dialogue de sourd.
L’avantage dans l’histoire, c’est qu’à chaque fois que je sortais, je prenais ma voiture. Sans risque, sans crainte d’être à la limite de la légalité…
Les retours de soirées étaient toujours agréables.
Le mieux, c’est vraiment la sensation au réveil. Parfois je dormais 6 heures et mon horloge biologique me disait qu’il était l’heure de se réveiller.
Je suis devenu tellement plus productif lors des week-end. J’ai pu bricoler, aller courir, fais la cuisine pendant des heures.
J’ai quasi fait toutes les choses qu’en temps normal je déteste faire quand j’ai la tête dans le …

Trente jours de sobriété, ça m’a requinqué physiquement

Ça n’aurait pas dû être une surprise, et pourtant : je suis émerveillé par mon état de santé. Je parle de mon appétit, de la qualité de mon sommeil, de mon énergie au quotidien, zéro sensation de fatigue…

Je me suis senti, tellement MIEUX, à plusieurs niveaux.
Quand on dit que l’alcool est mauvais pour la santé, c’est la stricte vérité ! Le premier, et le plus évident résultat de ma sobriété, c’est une amélioration sensible de mon état de santé général.

Je ne pensais pas percevoir une différence aussi nette au bout de trente jours seulement de sobriété, parce qu’après tout, ma consommation d’alcool n’était pas excessive, juste fréquente.

Je ne sais pas si j’ai perdu du poids, mais je suis certain de ne pas en avoir pris, malgré les nombreuses pâtisseries maison que j’ai réalisé durant cette période. Mais surtout, j’ai l’impression de mettre vraiment que « le bon carburant » dans mon moteur.

Vivre de sommeil profond et d’eau fraîche

J’ai retrouvé des cycles de sommeil stables. Le temps pour m’endormir a été divisé par 2.
Pas besoin de prendre un livre pour mettre mon cerveau en veille.
Quel plaisir de s’endormir en moins de dix minutes (j’ai pu vérifier les chiffres avec ma montre) et surtout de ne pas se réveiller durant la nuit.

Il y a un point que j’ai remarqué également, c’est la capacité que j’ai eu à rêver et cauchemarder durant toute l’expérience. Mes rêves étaient fortement liés à mon quotidien, aux gens que je rencontrais, aux sujets évoqués, aux articles que j’écrivais… J’ai rêvé comme jamais. Probablement que j’ai rêvé comme d’habitude mais je pensais que ma mémoire était plus performante.

J’avais les idées claires

Mais la plus grande surprise, c’est l’effet de cette sobriété sur mon état d’esprit. Avant, je buvais, même juste un verre, pour m’aider à me détendre, pour me dire que c’était la fin de journée et qu’il était l’heure de « lâcher prise ». Ahhh les petites habitudes.

Ma mémoire courte a été beaucoup plus performante, concernant ma mémoire long terme, je n’ai pas constaté de grande différence, si ce n’est que j’anticipais mieux les choses. Cette sensation d’idées claires, de grande lucidité est apparu autour du 15ème jour et vraiment j’en avais bien besoin durant cette période. Entre les déplacements professionnels, la gestion de plusieurs projets personnels et mon quotidien cette sensation a été très appréciable. 

Pour conclure,

Je crois qu’une partie de moi avait peur de s’imposer ce challenge d’une sobriété subi pendant 30 jours. Je crois que j’avais peur d’avoir les idées (trop) claires.
C’est plus simple de boire une bière et de remettre les sujets chiants au lendemain.
J’aurais toujours des galères, des contraintes, des sujets moins sympas que d’autres, mais je suis capable d’y faire face, même en soirée, même avant d’aller dormir.
Action, réaction.

C’était beaucoup plus compliqué que je ne l’imaginais, mais je sais que j’y suis arrivé et tout les bienfaits d’une detox. 
J’ai presque peur de re-boire une pinte de bière. On est pas si mal quand on est sobre, déjà parce qu’on est lucide sur les têtes qu’on les gens bourrés et parce qu’on parait beaucoup plus intelligent en fin de soirée 🙂

Vladimir, sobre depuis 30 jours (et qui vient de boire sa première bière à 10h du mat’ lors de l’enterrement de vie de garçon d’un ami) !

Petite parenthèse, je crois que mon expérience a eu des répercussions sur mon entourage et particulièrement auprès de ma chérie. Même si, elle en a profité pour me narguer, sa consommation a diminuée. 
Prendre un verre seul, c’est forcément moins sympa.

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.